Ils parlent de leurs métiers

Stéphane Collinet - Boucher
stephane boucher

On dit artisan boucher, c’est la dénomination correcte ?
Oui. Bien qu’on soit une grande surface, on fabrique encore artisanalement sur place.

Que préparez-vous, par exemple ?
Tout ce qui est spécialités boucherie. Les cordons-bleus, nos hachés, nos saucisses sont encore faits de façon traditionnelle, comme chez un boucher de village. Notre présentation n’a rien à envier aux meilleures boucheries !

Vous avez commencé chez un boucher ?
Oui, à onze ans et demi (!) dans une boucherie de village. J’y travaillais tous les week-ends. A douze ans et demi, j’ai suivi les cours de l’école de boucherie de Namur, toujours en travaillant les week-ends. Et à mes 18 ans, j’ai cherché du boulot. Mestdagh est mon premier employeur !

Et cela fait combien de temps que vous êtes ici ?
21 ans. On a la sécurité de l’emploi.

Pensez-vous que ce soit lié au fait que Mestdagh est une entreprise familiale ?
C’est ça. Ici, les gens sont pris en considération. On est encadré pour suivre la stratégie décidée par le groupe et l’évolution du métier, qui s’est modernisé. Les commandes sont faites facilitées par informatique, et je ne parle pas des frigos reliés à la centrale pour signaler toute anomalie de fonctionnement au niveau des températures.

Vous m’avez parlé de la fabrication…
A côté de ça, on a de la découpe, et puis, on débite, on vend en rayon. C’est tout de même indispensable d’avoir une formation de boucher, ça reste un métier professionnel de commerce. On travaille en équipe de trois à quatre personnes le matin et de deux l’après-midi. Fin de semaine, on est plus nombreux. On s’organise entre nous pour faire une tournante dans les horaires, pour que chacun ait une vie de famille.

Vous avez des contacts avec les producteurs ?
Ce sont plutôt les responsables qui rencontrent les producteurs. Moi, je communique avec les livreurs et avec les clients : quand ils vous demandent des recettes, il faut être prêt à leur répondre. Par exemple, un truc tout bête : le rôti orloffOrloff. J’en connais qui mettent le rôti au four, comme ça, pendant une heure et on n’en parle plus. C’est un sacrilège ! (Rires.) Il faut pouvoir guider le client dans ses recettes.

Qu’aimez-vous le plus dans votre métier ?
C’est fort diversifié. Vous pouvez très bien être au matin à la fabrication, après à la vente et pourquoi pas l’après-midi à la découpe. En plus, jusqu’à présent, je faisais partie de “l’équipe ressource” alors j’ai beaucoup bougé pour remplacer les absents dans tel ou tel magasin. En 20 ans, j’ai fait tous les Mestdagh ! Là, je viens d’accepter le poste de responsable. Je pose mes valises !

Quelles qualités personnelles faut-il pour ce métier ?
Etre beau, grand et fort (rires) ! Etre sociable et volontaire. Si un employé a des lacunes, à partir du moment où il est volontaire, on trouve ses points forts et on compense les lacunes. Tout le monde a sa chance. Je connais une jeune femme, entrée comme vendeuse, qui est passée responsable bouchère. Elle aimait tellement ça, elle s’est accrochée, et voilà.

D'autres métiers

Angelo Purcaro, vous êtes conseiller technique chez Mestdagh, c’est bien ça ?
Oui. Je vous explique. On est 6 personnes dans la même fonction…
Lire la suite…

Angelo Purcaro

Conseiller technique

On dit artisan boucher, c’est la dénomination correcte ?
Oui. Bien qu’on soit une grande surface, on fabrique encore artisanalement sur place…
Lire la suite…

Stéphane Collinet

Boucher

Réceptionnaire : votre métier n’a rien à voir avec réceptionniste, je suppose ?!
Heu réceptionniste, c’est dans les hôtels…
Lire la suite…

Christophe Grimomprez

Réceptionnaire

On va commencer par le commencement ! Quel est votre poste ?
Manager produits frais. Vous voulez connaître ma journée type ? Je commence à 6 heures. Je trie les papiers, je lance les cuissons, je vais chercher ma nouvelle marchandise et je monte mon rayon fruits et légumes…
Lire la suite…

Christelle Arrigoni

Manager produits frais

Bonjour Carine, vous faites partie de l’équipe référencement, ce n’est pas très connu ça?
En effet. Quand on me demande ce que je fais, je réponds que je travaille dans les bureaux. Parce que si je dis « je travaille au référencement », on ne connaît pas…
Lire la suite…

Carine Bonte

Employée au référencement

Julien Devriendt, vous êtes adjoint au gérant chez Mestdagh. Racontez-nous votre parcours.
Moi j’ai une histoire à raconter. Il y a de cela trois ans – j’étais encore intérimaire-, j’ai commencé comme épicier à mi-temps en magasin. J’ai eu la chance…
Lire la suite…

Julien Devriendt

Adjoint au gérant

Marisa Piras, vous êtes gérante de ce Carrefour market du groupe Mestdagh. Pensez-vous que cela demande des qualités particulières ?
Déjà, l’ouverture à toutes sortes de choses : au changement, aux nouveautés, aux gens, aux nouvelles techniques, au commerce bien sûr…
Lire la suite…

Marisa Piras

Gérante